Travailler en civil, sans blouse ?

 

Peut-on faire évoluer les codes afin que le personnel tombe les tenues professionnelles pour des tenues civile? Christian Bertin  le croit. Il dirige la résidence les Grands Jardins à Montauban de Bretagne,(104 places) mais aussi les Menhirs, 47 places. 

Christian Bertin a toujours été surpris de voir le personnel de maisons de retraite, même médicalisées, travailler « en blanc ». Il estime que ce tabou du vêtement professionnel vient de la culture hospitalière, du soin.
Or il souhaite faire évoluer ses établissements de « milieu de soin »  en « milieu de vie ».
Dans le cadre d’une démarche  « humanitude », il se pose la question de la tenue des personnels (pourquoi ces tenues ? quel sens ont-elles quand les uns sont en civil, comme le directeur, et pas d’autres agents ?).
Il  explique avoir mis une dizaine d’années à convaincre les équipes, petit à petit, en officialisant sa décision à l’ouverture d’une nouvelle unité.

Les freins rencontrés
Pour Christian Bertin, « si le personnel a des capacités, des compétences reconnues, il n’a pas besoin de revêtir un uniforme ».
A partir du moment où ses équipes étaient armées professionnellement (techniques de prendre soin, formations), il les a poussé à tomber la blouse les identifiant.
Pour des questions d’hygiène, les personnels choisissent leur tenue qui est entretenue par la blanchisserie de l’établissement, dans son circuit hygiéniquement contrôlé.

Les familles et résidents ont accepté facilement accepté cette évolution. Ponctuellement,  certains peuvent être surpris, peuvent « ne pas comprendre » cette non-identification » de qui-fait-quoi, mais après explications, l’acceptation est totale.
« Les résidents, même désorientés, savent, sentent, qui est soignant ou non » raconte Christian Bertin.

Quelques conseils ?
Christian Bertin s’enthousiasme des nombreux avantages à ces tenues civiles. Selon l’expression des résidents, des familles, des équipes : « c’est plus sympathique, convivial ». « Il y a moins de distance entre les professionnels et les résidents ». « C’est plus agréable pour tout le monde ».
« A chacun de trouver sa méthode »,  estime Christian Bertin. selon l’histoire de l’établissement, son projet, chaque directeur doit poser ses objectifs et dérouler ses volontés, en les expliquant, en prenant son temps.

 

 

Source : Agevillage.com

Les commentaires sont clos.