Épuisement professionnel en EHPAD : comment retrouver du sens ?

La colère actuelle des professionnels et des familles des EHPAD est très légitime car les problèmes sont connus depuis fort longtemps et malheureusement les pouvoirs publics ne traitent pas le sujet comme il devrait l’être c’est à dire,en profondeur et sur le long terme.

P1060232Je voudrais dans ce constat de souffrance faire savoir que tout le monde n’a pas baissé les bras. De nombreux directeurs, cadres, équipes d’Ehpad  se sont engagés il y a maintenant près de 10 ans dans une démarche de formation Humanitude et créé le premier label de bientraitance au sein de l’association Asshumevie.

Aujourd’hui 15 établissements sont labellisés et 60 sont en cours de labellisation.

Des ministres, des députés (dernièrement Mme Iborra à Albi) ont rendu visite à ces établissements et on pu constater à quel point notre démarche redonne du sens au projet d’établissement,  structure et valorise les équipes en s’appuyant sur une philosophie de soins basée sur la dignité et le respect et sur 150 techniques pour apaiser les soins difficiles car là est bien le problème…

Ainsi grâce à des compétences, un management et des organisations adaptées aux exigences du label, on gagne du temps en humanisant les relations soignants, soigné, familles…

J’invite à nouveau ceux qui n’y croient  pas, à aller visiter ces établissements et vous verrez que cette démarche de bientraitance est une réelle solution aux problèmes actuels… Je précise qu’il n’y a pas plus d’effectifs dans ces  établissements labellisés mais plus de formations/actions sur place, un vrai projet de service articulé autour des 350 critères du label et surtout beaucoup moins d’absentéisme grâce à la démarche Humanitude … car c’est l’ absentéisme qui mine les soins ! Même s’il est vrai qu’en dessous d’un certain seuil, c’est-à-dire un minimum de 0,8 professionnel par résident, il est difficile d’être la hauteur de l’exigence de soin.

Que pouvons-nous faire de plus au niveau de l’association Asshumevie pour faire mieux connaître notre démarche qui est comme je l’ai dit une réelle solution- certes à long terme car il faut un minimum de trois ans pour labelliser un établissement- mais depuis qu’on en parle les  7000 EHPAD seraient peut-être à ce jour labellisées si nous étions entendus!

Aujourd’hui la Chine et le Japon vont beaucoup plus vite que nous pour s’approprier notre démarche… Est-ce bien normal ?

Evelyne Gaussens
Directrice d’hôpital honoraire
Présidente d’Asshumevie
evelyne.gaussens91@gmail.com

Comments are closed